rue vietnam moto

Un accident de moto au Vietnam

S’expatrier en Asie, c’était un rêve depuis des années, alors quand on m’a proposé de m’occuper de l’implantation d’une succursale de ma boite au Vietnam, je n’ai pas hésité une seconde. Moi qui avait toujours connu Paris et sa banlieue, je me préparais au choc culturel avec bonheur.

Un motard à Hanoï

Je suis motard depuis mon adolescence, c’est donc tout naturellement qu’une des premières choses que j’ai faites en arrivant là-bas, c’est m’acheter une moto. Direction le Happy Zip Motorbikes où j’ai craqué pour une Honda CB400SS.
Au Vietnam, les routes sont pleines de deux-roues comme des scooters, vieilles motos, vélos, quelques voitures… Tout ce beau monde reste cependant bien ordonné, et ce n’était pas le capharnaüm que j’avais imaginé. Non, au Vietnam, les gens se suivent, ça prend son temps, ça fait la queue, ça donne des petits coups de klaxons urbains… Loin des files de motards qui slaloment dans les embouteillages du périphérique. Et c’est bien ça qui m’ennuyait un peu.
Les premiers temps, j’avoue avoir profité des paysages, des rues, des senteurs, d’avoir pris moi aussi mon temps. Mais j’ai rapidement voulu aller plus vite, et mes habitudes parisiennes ont ressurgies. Je me suis mis à dépasser, rouler plus vite, c’était grisant, mais j’allai très vite comprendre ce qui en coutait de rouler comme ça dans les rues de Hanoï

moto vietnam expatriee

L’accident

Un mercredi matin, un peu en retard, j’enfourchais ma Honda pour me rendre au travail. Ayant repris les habitudes parisiennes, je dépassais allègrement voitures ou motos à l’allure trop lente pour moi, jusqu’à ce qu’un camion de livraison ne vienne me barrer la route. Je n’ai rien pu faire si ce n’est me coucher et serrer les dents. Le choc a été violent, la douleur vive.
Les gens se sont amassés autour de l’accident, portables à la main, on essayait de m’aider, certains criaient, d’autres pestaient de ne pas pouvoir avancer. Moi, je faisais avec appréhension mon check-up pour voir si ce que j’avais n’était pas trop grave.

Mon parcours à l’hôpital

Rapidement, une ambulance est arrivée sur place. Les badauds se sont écartés, et on m’a placé délicatement sur une civière. Ma jambe me faisait atrocement souffrir, mes côtes aussi, mais fort heureusement, mon casque m’avait évité le pire. On m’a demandé mes papiers dans l’ambulance, ce que je faisais à Hanoï, si j’avais une assurance, si j’avais des allergies… J’ai demandé où on m’emmenait, et j’ai appris que l’ambulance se frayait un chemin vers le Vinmec International General Hospital.

moto vietnam expatriee rue

Arrivé là-bas, le stress de l’accident commençait à prendre le meilleur de moi, et je me laissais guider sans trop savoir ce qui m’arrivait. Après la radio, le verdict est tombé : double fracture tibia péroné, et 4 côtes cassées. J’allais devoir passer trois semaines à l’hôpital. Heureusement, la prise en charge était parfaite, et j’ai pu échanger avec les médecins grâce à un interprète, qui a bien su palier à mon vietnamien basique et mon anglais encore hésitant. Et c’est là que je remercie ma bonne étoile de m’avoir poussé à prendre une assurance santé expatrié avant mon installation. Les démarches ont été simplifiées, et j’ai pu être guidé sans problèmes à travers le dédale des démarches administratives. J’ai pu bénéficier de soins pris en charge comme en métropole.

Ma prise en charge expat

Grace à ma souscription, tout a été pris en charge, et je n’ai eu aucune avance de frais à faire. Que ce soit l’ambulance, le séjour à l’hôpital, les frais de radiographie ou de rééducation, l’assurance expatrié s’est occupé de tout. Je n’ose même pas imaginer toute cette aventure si je n’y avais pas souscris. J’ai pu compter sur l’expertise d’un comparateur d’assurance pour choisir l’assurance expatrié qui convenait le mieux à ma situation. C’est un gain de temps et l’assurance de faire le meilleur choix.

Après trois semaines de soins et un bon mois de rééducation, me revoilà aujourd’hui dans les rues de Hanoï au guidon de ma moto. Et si vous sautez vous aussi le pas de l’expatriation, je vous recommande chaudement l’assurance santé expatrié de Santé Mobility. Vous pourrez vivre comme moi votre vie d’expatrié en toute sérénité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.